mardi 25 décembre 2018


La boîte à joujoux de l'Oncle Sam


        Dans son numéro 39, daté du 31 décembre 1918, la revue L'Automobile aux armées publie sur une double page, un dessin de Jean Routier célébrant à sa manière, le rôle de l'intervention américaine dans la guerre dont les combats viennent d'être suspendus. Ce dessin en couleur, qualifié d'aquarelle dans le sommaire de la revue, figure le débarquement continu des troupes sur une plage de l'Atlantique : camions, batteries et surtout fantassins bien reconnaissables à leur casque : il s'agit du casque Model 1917, calqué sur le casque Mark 1 britannique [1].



  L’Automobile aux armées 1918-12-31
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

     Je laisse aux spécialistes le soin de déterminer l'exactitude des détails de l'uniforme du fantassin (calot, cartouchière, bandes molletières, brodequin, etc.) et  de son armement (fusil Springfield M 1903 ?). 


  L’Automobile aux armées 1918-12-31
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

     L'entrée en guerre des États-Unis, le 6 avril 1917, provoque un transfert considérable d'hommes et de matériel vers le vieux continent. Les premiers soldats débarquent à Saint-Nazaire en juin 1917, mais il faut attendre la fin du premier trimestre 1918 pour que les effectifs deviennent importants. Les débarquements ont alors lieu au rythme de plus de 200 000 par mois. Selon les estimations, au 11 novembre 1918, ce sont plus de 2 000 000 d'hommes et de femmes qui ont franchi l'Océan Atlantique [2].
     L'idée de représenter ce "réservoir" américain comme une boîte à joujoux est intéressante. La noria des bateaux évoque bien le caractère quasiment inépuisable de la ressource humaine et matérielle. 

     Comment, dans le même esprit, ne pas évoquer Gus Bofa qui avait illustré la couverture de La Baïonnette du 10 octobre 1918 - dont le thème était "A l'américaine" - d'une "machine à venger le droit" ? Sur le flanc de la machine est indiquée sa puissance de production : 10 000 par jour, 70 000 par semaine, 300 000 par mois, 3 500 000 par an, 35 000 000 par décennie, etc.. Une manière pour Bofa  de dénoncer le caractère de cette guerre qui a transformé l'homme en mécanique [3].


  La Baïonnette 1918-10-10
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


     Dans le même numéro, Pierre Mac Orlan en fait une description littéraire et tout aussi fantastique :



  La Baïonnette 1918-10-10
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France



Notes

[1] Un site dédié aux casques fournit toutes les précisions souhaitables avec un grand luxe de détails : https://www.world-war-helmets.com/fiche?q=Casque-US-Model-1917
[2] NICOLAS (Gilbert), JORET (Éric) et KOWALSKI (Jean-Marie) dir.- Images des Américains dans la Grande Guerre de la Bretagne au front de l’Ouest. Préface de Jean-Yves Le Drian. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, sd [2018], 242 p. , illustrations, reliure éditeur avec couv. illustrée.
[3] POLLAUD-DULIAN (Emmanuel).- Gus Bofa, l'enchanteur désenchanté. Paris : Éditions Cornélius, 2013, 550 p., couv cartonnée éditeur, jaquette illustré (Collection Victor). [p. 174-175 : dessin de la couverture et esquisse couleurs].

samedi 8 décembre 2018

Allons, enfants de la Patrie (septembre 1918)


        Mon billet sur les bandeaux du Journal (octobre-décembre 1918), publié le 4 décembre 2015, peut être complété. Le premier bandeau dessiné par Jean Routier date du 30 septembre 1918, à un moment où le succès des offensives alliées depuis la mi-août et le fléchissement de l'opinion allemande laissent  espérer la fin de la guerre, d'autant que les partenaires de l'Allemagne sont en train de faire défection : l’Autriche-Hongrie propose des conversations de paix (14 septembre) ; la Bulgarie capitule (armistice du 29 septembre) ; le front turc cède au Proche-Orient.


Lundi 30 septembre 1918



















Ce dessin a vraisemblablement été inspiré par le discours prononcé devant le Sénat par  Clemenceau, Président du Conseil et ministre de la guerre, le 17 septembre. Un discours remarquable titre alors Le Journal qui en publie l'intégralité et en affiche une phrase en épigraphe sur le bandeau : "Allez, enfants de la Patrie !". On peut y lire à la fois la détermination du Tigre et l'amorce des débats à venir sur "les risques d'un arrête prématuré des hostilités" (Jean-Jacques Becker, La France en guerre 1914-1918. La grande mutation. Éditions Complexe, 1988, p. 128).

 

Mercredi 18 septembre 1918







  Le Journal 1918-09-18
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France